22/03/2017

Avis de dépenses massives pour la répression routière ! Une commande de 101 millions d’euros pour l’achat de 400 radars ultrasophistiqués vient d’être opérée dans la plus grande discrétion par le ministère de l’Intérieur. Un montant encore jamais vu pour l'achat de radars, 6 fois plus élevé que la totalité du budget annuel habituellement consacré à l'achat de nouvelles machines (17,2 millions d’euros en 2017) ! Et ce n'est qu'un début...

C'est un niveau de dépense inédit pour la répression : le gouvernement vient de passer commande auprès de la société Morpho, filiale de Safran, de 400 nouveaux radars, les "Mesta Fusion", pour un montant de plus de 100 millions d'euros... soit près de six fois plus que le budget annuel consacré aux radars !

Et il ne s'agit pas de n'importe quel radar : nouvelle arme ultrasophistiquée choisie par les pouvoirs publics pour pouvoir tout contrôler, le Mesta Fusion va surveiller et sanctionner 32 véhicules simultanément sur 8 voies de circulation. Ce radar "multi-tout" fabriqué par Morpho ne laissera plus aucune chance aux usagers de la route.

Un premier de ces radars impitoyables est actuellement en test dans le Val d’Oise à Cergy. Son homologation et la validation de ses fonctions ne portent pour l’instant que sur le contrôle des vitesses et le franchissement des feux-rouges, mais à terme, ces machines pourront contrôler les interdictions de tourner à droite ou à gauche, les interdictions de dépasser, la circulation sur une voie interdite, le non-respect des distances de sécurité, le franchissement de ligne continue… de quoi faire complètement exploser le nombre de PV !!

Et cet investissement répressif sans précédent du gouvernement n’est qu'une première étape puisque le contrat de fourniture et de maintenance des appareils est reconductible 9 fois de suite ! Les 687 radars de feux rouges et les 76 radars de passage à niveau que comptent les routes françaises en 2017 doivent ainsi bientôt laisser la place à ces machines sans pitié. De plus, ces nouveaux appareils, déplaçables, vont aussi équiper bon nombre des 6 000 cabines leurres que comptent installer les pouvoirs publics d’ici 2020, où 1 200 radars viendront alternativement se cacher dans certaines d'entre elles. La chasse aux conducteurs est ouverte !

D'ailleurs, qui va financer ces dépenses exorbitantes de répression ? L'argent des conducteurs, bien sûr ! Pour pouvoir financer ces nouveaux appareils, le gouvernement a déjà prévu d’augmenter cette année les recettes liées aux radars de 171 millions d’euros. Soit 20 % de hausse ponctionnée directement dans la poche des conducteurs. 

Malheureusement, si les budgets alloués à la répression explosent pour alimenter la tirelire de l’état,  les routes françaises, elles, continuent de se dégrader faute d’entretien.

Pour preuve, le montant astronomique de ce marché de 100 millions d’euros, c’est exactement la baisse, entre 2009 et 2015, du budget consacré à l’exploitation et à l’entretien du réseau routier par l’État. Tout un symbole des priorités du gouvernement en matière de soi-disant "sécurité routière"...