31/01/2020

Avec l’extension de la « privatisation » des voitures radars dans de nouvelles régions, ces véhicules vont circuler et « flasher » davantage. Vous, conducteurs, allez donc en rencontrer plus souvent, sans toujours en avoir conscience, car ces machines ont un flash infra-rouge, invisible. D’où l’utilité de dresser une liste des modèles pouvant être utilisés pour transporter des radars. Mais en « bonus », la LDC a aussi recensé les véhicules qui contrôlent à l’arrêt, au bord d’une route.

Le parc de voitures-radars comportait 409 véhicules au 1er août 2019, selon le ministère de l’Intérieur [1]. Sur cet ensemble, la conduite de 26 voitures radars avait commencé à être confiée à des chauffeurs d’entreprise en 2018, en Normandie. Cette « externalisation » de la conduite connaît une forte extension en 2020 : dès ce début d’année, trois autres régions sont concernées par ce phénomène (Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val-de-Loire), avec 60 voitures conduites par des employés du privé [2]. Fin 2020, quatre nouvelles régions suivront (Nouvelle-Aquitaine, Grand-Est, Hauts-de-France et Bourgogne-Franche-Comté) [3]. Comme les voitures radars sont indétectables, les informations sur les modèles de véhicules utilisés ne sont pas anodines pour les conducteurs.

 

1) LES VOITURES RADARS pour des contrôles effectués en roulant

La fameuse voiture-radar, celle qui est capable de faire des contrôles de vitesse dans le flux de la circulation, est celle qui est concernée par la « privatisation ».

 

 

Source : Lourdin (Nicolas), « Gare aux nouvelles voitures-radars », Auto Plus, numéro 1636, 10/01/2020, p. 10-11. Ces données (non exhaustives) ont pu évoluer depuis la rédaction de ce tableau.

 

 

La voiture radar qui peut, en roulant, faire des contrôles de vitesse avec un flash infra-rouge (donc invisible) utilise le modèle GATSO MILLIA. Également appelé radar mobile de nouvelle génération (RMNG), ou encore radar mobile mobile, c’est un radar mobile embarqué qui est utilisé pour les contrôles effectués en circulation. Il en existe deux types : ceux des véhicules des forces de l’ordre et ceux des véhicules conduits par des employés du secteur privé.

Photo : véhicule radar pour un contrôle dans le flux de la circulation.

Leur terrain de chasse est large. Par exemple, dans la Sarthe, selon la préfecture, « le parcours passera "globalement sur des routes bidirectionnelles sans séparateur central, plutôt hors agglomération, à 80 km/h, mais pas forcément et pas que" » [4]

 

 

 

 

2) LE RADAR VITESSE EMBARQUÉ pour des contrôles à l’arrêt (dans un véhicule arrêté et placé au bord d’une route ou débarqué du véhicule)

À côté de ces machines capables de « flasher » en roulant, des radars classiques sont toujours embarqués dans des véhicules pour effectuer des contrôles à l’arrêt.

 

 

Source : Lourdin (Nicolas), « Gare aux nouvelles voitures-radars », Auto Plus, numéro 1636, 10/01/2020, p. 10-11. Ces données (non exhaustives) ont pu évoluer depuis la rédaction de ce tableau.

 

 

Le radar de vitesse embarqué correspond au modèle MESTA 210C. Il s’agit du radar mobile classique, employé pour les contrôles effectués à l’arrêt par les forces de l’ordre, dans un véhicule stationné ou sur le bord de la route, sur un trépied [5]. Sa forme lui vaut aussi le surnom de radar « hibou ». C’est ce même radar qui est aussi implanté dans les cabines fixes qui « flashent » au quotidien.

 

Photo : radar embarqué dans un véhicule et débarqué sur trépied, pour un contrôle à l’arrêt.

 

Avec tous ces matériels de contrôle banalisés et en mouvement, beaucoup de conducteurs risquent de regarder excessivement le bord de la route et les véhicules qu’ils croisent ou qu’ils dépassent, en portant moins d’attention à la route elle-même et à la circulation. Or l’attention à l’environnement aide à prévenir les accidents. La Ligue de Défense des Conducteurs relève là un cruel paradoxe : les chauffeurs d’entreprise qui pilotent des voitures radars n’ont pas pour fonction d’arrêter les auteurs de comportements dangereux que ces véhicules verbalisent…

 

[1] Ministère de l’Intérieur, réponse à la question écrite du 07/05/2019 du député Thierry Benoit, JO du 15/10/2019, p. 8986, http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-19440QE.htm

[2] Ministère de l’Intérieur, communiqué de presse du 15/05/2019

[3] TARRAIN (François), « Tout ce qui change en 2020 », Auto Plus, 03/01/2020, p. 3.

[4] SABRIÉ (Clémentine), « Les premières voitures-radar privées rouleront sur les routes sarthoises à partir de fin mars 2020 » , www.francebleu.fr , 10/01/2020

[5] LOURDIN (Nicolas), « Un gros renouvellement des voitures radars en 2019 », www.radars-auto.com , 27/12/2019.