Pour être efficaces, les actions de la Ligue de Défense des Conducteurs doivent se concentrer sur vos priorités. Alors, s'il vous plaît, prenez quelques minutes pour répondre à ce questionnaire, essentiel pour déterminer nos objectifs et actions pour 2020.

 

Notre force, ce sont tous nos membres et sympathisants. Aussi, c'est en étant d'accord et unis sur les stratégies à adopter que nous pourrons faire avancer notre lutte contre les excès de la politique répressive du gouvernement, et obtenir enfin une politique de sécurité routière faite avec vous, et non pas contre vous.

 

       *Temps du questionnaire : environ 5 mn

 

       *Déroulé :
       1. La chasse au conducteur et la liberté de circuler
       2. La répression insensée par les radars
       3. Pour une sécurité routière au service des conducteurs
       4. Les outils pour mener le combat

1. La chasse au conducteur et la liberté de circuler

La politique de sécurité routière actuelle se résume à prendre en "tenaille" les conducteurs entre des abaissements injustifiés de la vitesse et des radars toujours plus redoutables. Que faut-il faire pour mettre un terme à cette véritable "chasse au conducteur" ?

1.

Tout mettre en œuvre pour en finir avec l'abaissement stupide de la vitesse à 80 km/h sur route, dont "l'expérimentation" se termine au 1er juillet 2020.

2.

Lutter contre tous les abaissements injustifiés de la vitesse qui se multiplient dans des agglomérations entières comme sur les grands axes, pour mieux nous piéger.

3.

Continuer à s'opposer, pied à pied, à toutes les mesures anti-voiture visant à chasser les conducteurs des villes : chicanes, suppression des places de stationnement, hausse des PV...

4.

Militer pour la suppression des retraits de points pour les dépassements de vitesse inférieurs à 20 km/h (hors centre-ville).

5.

Pour les autres infractions, faire raccourcir le délai de récupération de points de 2 ou 3 ans à 1 an.

6.

Eviter qu'on nous impose les technologies de bridage des véhicules, qui visent à contrôler la vitesse en permanence, ôtant toute liberté et toute responsabilité au conducteur.

7.

2. La répression insensée par les radars

La répression automatisée et systématique des conducteurs, qui a rapporté l'an dernier plus de 864 millions d'euros à l'Etat sans sauver des vies sur la route, risque de franchir un cap sans précédent en 2020 avec des radars indétectables, qui vont flasher le moindre petit dépassement sans discernement.. Quelles sont, d'après vous, les actions à mener en priorité pour lutter contre cet acharnement insensé?

1.

S'opposer à la prolifération de radars toujours plus sophistiqués comme les radars tourelle, qui flashent 100 mètres après et avant le radar (avant donc qu'on les aperçoive...) et qui scrutent même dans les voitures.

2.

Exiger la fin du recours à des sociétés privées pour surveiller les conducteurs dans les voitures-radars, qui, une fois implantées partout en France, vont renforcer dans des proportions sans précédent le business de la sécurité routière.

3.

Lutter contre les quotas de PV, symbole du dévoiement de la politique de sécurité routière à des fins fiscales, et qui sont toujours régulièrement imposés aux forces de l'ordre.

4.

S'opposer au développement de la vidéo-verbalisation, qui utilise les caméras de surveillance initialement destinées à traquer les voyous et les délinquants pour surveiller et sanctionner les conducteurs dans de plus en plus de villes.

5.

Continuer à lutter contre le dogme anti-vitesse du gouvernement, socle de toute cette politique répressive.

6.

3. Pour une sécurité routière au service des conducteurs

Alors que le gouvernement s'enferre dans une politique de répression par les radars coûteuse, injustifiée et inefficace, il est urgent de repenser la sécurité routière, et de revenir à de vraies solutions efficaces pour sauver des vies sur la route. Quels doivent-être, selon vous, les actions prioritaires à mettre en œuvre pour revenir à une sécurité routière sensée et efficace, au service des conducteurs et non plus contre eux ?

1.

Exiger des pouvoirs publics qu'ils assument leurs responsabilités et entretiennent les routes, quand la France est passée, en quelques années seulement, de la 1ère à la 18e place pour l'état de ses routes dans le classement du World Economic Forum.

2.

Remettre en place un apprentissage de la conduite sur des bases saines : bonne appréhension des risques, réflexes face au danger, bonne maîtrise du véhicule, et avant tout, prise en compte et respect de l'autre sur la route.

3.

Remettre la technologie développée par les constructeurs automobiles au service des conducteurs, au lieu de l'utiliser contre eux (bridage de la vitesse, boîtes noires...)

4.

Exiger la mise en place d'instances véritablement équilibrées et représentatives des conducteurs pour décider des politiques de sécurité routière, au lieu de laisser la main-mise aux lobbys des radars et aux pseudo-experts anti-voiture qui conseillent le gouvernement.

5.

Continuer à lutter pour démonter la propagande anti-voiture véhiculée par des élus urbains autophobes et coupés de la réalité, qui n'ont ni l'usage ni le besoin de la voiture.

6.

Exiger la sortie de la sécurité routière du champ du ministère de l'Intérieur, par essence dédié à la répression, pour la replacer sous la responsabilité du ministère des Transports.

7.

4. Les outils pour mener le combat

Nous devons nous battre sur tous les fronts. Quels moyens jugez-vous les plus efficaces pour faire avancer ce combat essentiel pour l'ensemble des conducteurs ?

1.

Continuer notre travail auprès des parlementaires, consolider et animer le réseau que nous avons créé parmi eux, et en faire des alliés de poids pour faire reculer en 2020 la répression subie par les conducteurs et revenir à des solutions efficaces de sécurité routière.

2.

Monter un réseau d'experts capables d'analyser de manière objective les causes réelles des accidents de la route et, si nous le pouvons, les réunir lors d'un colloque.

3.

Renforcer les campagnes de pétition et de protestation, pour que les conducteurs soient entendus par les hommes politiques.

4.

Produire des études et développer des outils d'analyse statistique pour contrer la propagande mensongère du gouvernement sur les radars et la répression.

5.

Intensifier nos campagnes de contre-information par tous les canaux possible (Internet, courrier, médias).

6.

7.

Etes-vous prêt à faire un geste financier pour aider la Ligue de Défense des Conducteurs à réunir les fonds nécessaires pour atteindre les objectifs prioritaires de 2020 ?
Voici ma contribution à la mise en œuvre de la stratégie décidée, pour atteindre les objectifs prioritaires en 2020
Je choisis de contribuer une fois, à hauteur de :
euros
Je choisi de donner par :

OU

Je choisis de contribuer tous les mois, à hauteur de :
euros
Je choisi de donner par :
Madame
Monsieur

Règlement général (UE) 2016/679 sur la Protection des données : les données enregistrées sur ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique réalisé par la Ligue de Défense des Conducteurs, et sont nécessaires pour valider vos réponses, et vous tenir au courant des suites de cette action et d’actions similaires menées par notre association. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification, d’opposition, de limitation et d’effacement que vous pouvez exercer à tout moment, et sur simple demande, à l’adresse contact@liguedesconducteurs.org. Vous disposez d’un droit de réclamation que vous pouvez exercer auprès de la Commission nationale informatique et libertés, 3 Place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS CEDEX 07. Les données vous concernant seront automatiquement effacées de nos serveurs à votre demande, ou en cas d’inactivité de votre part pendant plus de 48 mois. Si vous souhaitez d'avantage d'informations sur cette campagne de mobilisation ou sur la Ligue de Défense des Conducteurs, vous pouvez vous rendre sur le site www.liguedesconducteurs.org ou écrire à contact@liguedesconducteurs.org