29/01/2021

Alors que la circulation interfile pour les deux-roues est à nouveau interdite sur tout le territoire, en attendant une potentielle seconde expérimentation, la Ligue de Défense des Conducteurs rappelle qu'elle encourage les automobilistes à un partage efficace et sécurisé de la route. Notre association relève que la première expérimentation de la circulation interfile, menée ces cinq dernières années, avait largement amélioré la courtoisie des uns envers les autres, les automobilistes se décalant plus volontiers et les motards remerciant d'un mouvement de la jambe, constituant un gage de sécurité. Nous continuons donc à plaider en faveur de cette pratique, dès lors qu'elle est utilisée en respectant les règles de bon sens et de sécurité.

Dans les embouteillages, la circulation des deux-roues entre les files est une pratique courante. Il est indéniable qu’elle fluidifie la circulation et permet aux conducteurs de deux-roues de raccourcir leur temps de trajet, ce qui représente l’un des attraits majeurs de ce mode de transport. Il est tout aussi indéniable que le nombre de victimes parmi les conducteurs de deux-roues est très élevé. Il faut donc que tous les usagers de la route s'accordent sur des règles de bon sens, respectées par tous, pour partager la chaussée.

C'est l'esprit de l'article 2 de la Charte des conducteurs responsables, que la Ligue de Défense des Conducteurs invite le plus grand nombre d'automobilistes et de motards à signer et à respecter (à lire dans son intégralité ci-dessous) :

Art. 2 : Je ne suis pas seul sur la route. Je garde mes distances et vérifie très régulièrement dans mes rétroviseurs que je ne gêne personne ; je me décale largement pour laisser passer ou doubler les deux-roues.

En France, n'étant pas inscrite dans le code de la route, la circulation interfile est régulièrement verbalisée, en dehors des zones où elle a fait l’objet d’une expérimentation de cinq ans depuis 2016, laquelle arrive donc aujourd’hui à son terme. La répression se révèle particulièrement sévère, avec trois contraventions pour la même infraction : dépassement par la droite, non-respect des distances de sécurité et changement de voie non motivé par un changement de direction.

La Ligue de Défense des Conducteurs déplore cette répression excessive. Elle observe, là encore, que le moindre écart par rapport au code de la route devient prétexte à sanction et PV, alors que la politique de sécurité routière devrait systématiquement avoir pour objet la prévention et la sanction des comportements dangereux.

 

D'autres sujets pouvant vous intéresser :
Ligue des Conducteurs
05/05/2014
Ligue des Conducteurs
18/04/2014
Ligue des Conducteurs
14/11/2009
Ligue des Conducteurs
12/08/2009
Ligue des Conducteurs
07/08/2009
Ligue des Conducteurs
17/07/2009
Ligue des Conducteurs
17/07/2009