30/04/2018

Avec déjà plus de 120 manifestations de motards et d'automobilistes contre la généralisation des 80 km/h, auxquelles s'associe la Ligue de Défense des Conducteurs un peu partout en France, la mobilisation contre le 80 km/h, symbole de toute la politique répressive du gouvernement, ne faiblit pas, et son écho s’accroît semaine après semaine !

 

 

 Face à la posture inflexible du gouvernement sur l'abaissement à 80 km/h, décision unilatérale, injuste et néfaste annoncée le 9 janvier dernier à l'initiative du Premier ministre, la Ligue de Défense des Conducteurs répond en poursuivant les manifestations partout en France : au cœur du combat contre le « 80 », la Ligue a très tôt pris contact avec les motards, principalement les antennes départementales de la FFMC (Fédération française des motards en colère). À la suite de ces discussions, elle s’est associée à de multiples manifestations qui voient défiler chaque semaine plusieurs milliers de motos et de voitures dans toute la France. Ces actions se sont déroulées, dans les départements 03, 04, 06, 11, 16, 18, 19, 24, 29, 31, 36, 37, 41, 42, 43, 49, 59, 66, 69, 85... Et d'autres sont déjà programmées pour les semaines à venir !

 

 

La Ligue de Défense des Conducteurs mobilise ses membres, inlassablement, dès qu’une manifestation a lieu près de chez eux, et nous remercions à nouveau tous les conducteurs, qui, chaque semaine, se mobilisent et répondent présent, et dont les slogans, ballons et affiches fournis par l'association décuplent la visibilité de notre message de colère dans les médias.

 

 

 

Les journalistes décrivent ainsi des défilés communs d’automobilistes et de motards : « Toutes ces manifestations réunissent à chaque fois automobilistes et deux-roues motorisés » (Le Figaro, Angélique Négroni, 30/01/2018). De même, « ce sont déjà 120 manifestations qui ont été organisées un peu partout par les motards en colère avec – c’est quasi inédit – le renfort d’un nombre croissant d’automobilistes ! » (Auto Plus, Pascal Pennec, 16/03/2018).

 

 

Face à l’ampleur du rejet qu’inspire cette mesure, le Premier ministre comme le Président de la République ont été obligés de réagir médiatiquement mais ont conservé le même discours : le « 80 » s’appliquera à partir du 1er juillet 2018. Poussés dans leurs retranchements, ils semblent se sentir obligés de maintenir une mesure annoncée. Cependant ils peinent à la justifier de façon convaincante, notamment envers les territoires ruraux. Il faut dire qu’en mars 2018, la mortalité routière est en baisse de 13,5 % par rapport à mars 2017 (source : ONISR). Cette amélioration a été obtenue dans le cadre d’une limitation à 90 km/h et non à 80 km/h : la vitesse n’explique donc pas tout.

À deux mois de la généralisation programmée du 80 km/h, la Ligue de Défense des Conducteurs continue de s’associer aux manifestations organisées un peu partout en France. L’association poursuit en parallèle la multiplication des initiatives anti-80, notamment avec la Lettre au Président de la République Emmanuel Macron "NON AU 80 KM/H !", déjà signée par plus de 215.000 conducteurs. En effet, l’intensité de la mobilisation est un élément essentiel pour porter la voix des conducteurs avec le maximum d’efficacité.

En parallèle, la Ligue de Défense des Conducteurs poursuit également le dialogue avec les nombreux députés, sénateurs et présidents de conseils départementaux opposés au 80 km/h. Pour la Ligue de Défense des Conducteurs, le dossier n’est donc absolument pas clos : le combat continue !