02/01/2020

Vous savez sans doute que les normes d’homologation des véhicules changent en 2020. Pour calculer les malus CO2 que nous devrons payer au moment d’acheter une voiture neuve, nos édiles ont inventé une usine à gaz digne des Shadocks, comprenant deux grilles de calcul (la première pour la période de janvier-février, la seconde pour le reste de l’année). La LDC vous aide à y voir un peu plus clair.

Entré en vigueur en 2008, le système de bonus-malus CO2 a été mis en place pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Passons sur le fait que dès son origine, cette mesure fiscale ignorait les vrais polluants, incohérence jamais corrigée… et qu’elle a fait basculer le marché automobile français, au point de passer à presque 80 % la part du diesel, dans les ventes de voitures neuves. Un carburant désormais voué aux gémonies ! En revanche, au fil des ans, le bonus a fondu comme peau de chagrin, tandis que le malus, lui, s’envolait. Peu importe que vous ne rouliez que 5 000 kilomètres par an avec une voiture émettant 184 g de CO2 par km (soit 920 kg de CO2 par an), ou que vous parcouriez 10 000 km avec un modèle à 120 g (soit 1,2 tonne de CO2 par an). L’idée n’est pas d’être juste, mais de remplir les caisses de l’Etat.

Bref, pour 2020, le gouvernement nous a concocté non pas une, mais deux grilles de malus (un seul bonus de 6 000 € étant désormais réservé aux seules voitures 100 % électriques, encore faut-il qu’elles coûtent moins de 45 000 €, sinon ce sera 3 000 € pour la tranche 45 000-60 000 € et pas un sou au-delà). La première grille est effective jusqu’au 29 février 2020, la deuxième prendra effet à partir du 1er mars.

La LDC vous explique comment ont été calculés ces tarifs, que nous n’hésiterons pas à qualifier d’exorbitants (sur ce sujet, nous vous conseillons de lire l’article que nous avons consacré à la transition écologique).

 

Grille « NEDC corrélé » ou grille « WLTP » ? Ce sera selon la date de livraison de votre nouvelle voiture

Tout d’abord, il faut savoir ce que signifient les acronymes NEDC et WLTP, adossés à ces deux grilles. Le NEDC (New European Driving Cycle, traduisez Nouveau cycle européen de conduite) est un cycle d’homologation dont la dernière évolution date de 1997. Sa principale caractéristique était de ne pas du tout être représentatif de l’utilisation des voitures. Dans la vraie vie, les émissions de CO2 étaient bien supérieures à celles qui étaient annoncées par les constructeurs ! Déjà en phase d’élaboration courant 2015, le WLTP (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedures, ou Procédure d’essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières) a pour but de refléter des émissions bien plus réalistes. Avec le scandale du « Dieselgate » en septembre 2015, qui a d’abord impliqué le groupe Volkswagen puis d’autres constructeurs, les autorités européennes se sont montrées implacables et ont imposé ce cycle WLTP, qui se révèle logiquement plus contraignant que le cycle NEDC. Lequel n’imposait, par ailleurs, de ne « mesurer » que la version du modèle la plus légère, la moins équipée… quand le WLTP exige une homologation par variante et par équipement lourd de type toit ouvrant ou grosses roues. Soit en moyenne, une augmentation de 25 % des émissions de CO2 par rapport à l’ancienne norme.  Un vrai casse-tête, mais une manne pour le malus soi-disant écologique, même si pour éviter un carnage fiscal, le démarrage de la grille de malus WLTP a été décalé de 28 grammes !

 

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué (et que ça rapporte)

En attendant l’entrée en vigueur du cycle WLTP le 1er mars 2020, l’Etat français, plutôt que d’attendre cette date, a donc imaginé une première grille applicable du 1er janvier au 29 février. Comme en 2019, celle-ci est encore basée -en version durcie- sur le « NEDC corrélé », complexe calcul réalisé à partir des mesures WLTP, ramenées au plus proche du NEDC. Puis une deuxième, avec cette fois le « vrai » calcul WLTP. Dans les deux cas, les grilles 2020 que vous pouvez découvrir ci-dessous font bondir le prix du malus, par rapport à 2019 (en gris, nous avons publié les anciens tarifs à titre de comparaison)… À vous de voir quand vous allez commander votre futur véhicule, entre les deux premiers mois de l’année ou après le 1er mars, sachant que le montant du malus sera définitivement figé lors de l’établissement de la carte grise, soit au mieux un ou deux jours avant la livraison. Enfin, si vous parvenez à vous y retrouver.

 

Les grilles du malus CO2… avant et après le 1er janvier