31/10/2014

Selon plusieurs études publiées ces jours derniers, les Français sont toujours une écrasante majorité (80 %) à utiliser leur voiture pour aller travailler, et leur véhicule est pour eux avant tout synonyme de liberté. Quand à l’abaissement de la vitesse, 93 % des personnes interrogées y sont opposées.

Crédit Creative commons State Farm

La voiture, mal-aimée des Français ? Bien au contraire ! Contrairement à ce que voudraient nous faire croire de nombreuses associations et organisations anti-voiture, elle reste non seulement indispensable mais également très appréciée par une écrasante majorité de nos concitoyens.

Selon l’institut de sondage Ifop, qui vient de publier L’Observatoire de la mobilité 2014, parmi les 25 millions de personnes qui se rendent chaque jour sur leur lieu de travail, 18 millions d’entre elles font ce trajet en voiture. Et ce, alors que plus de la moitié pourrait ne pas l’utiliser, et font donc le choix de privilégier leur voiture par rapport à un autre mode de transport.

Et pour cause : selon un autre sondage, mené cette fois-ci par le comparateur HyperAssur, la voiture est associée à la liberté pour 75 % des personnes interrogées. « Une liberté que les transports en commun ne sont pas encore capables d'offrir car seulement 21 % des sondés déclarent déjà les privilégier », soulignent les auteurs de l’enquête.

Cette dernière confirme également que les Français sont très majoritairement opposés à une baisse des limitations de vitesse, puisque seules 7 % des personnes interrogées indiquent y être favorables. « Malgré des campagnes visant à faire passer la vitesse comme l'unique responsable de tous les maux sur la route, les automobilistes ne sont pas dupes », analysent les auteurs. « Ils placent en tête des solutions pour améliorer la sécurité routière la lutte contre l'alcoolémie et la somnolence ».

Autant de résultats qui prouvent à nouveau l’attachement des Français à leur voiture et à la liberté de circuler qu'elle leur offre. Et qui rappellent leur opposition à tout projet d’abaissement de la vitesse, comme ils l'ont déjà largement prouvé en étant plus d'1,5 million à signer la pétition de la Ligue de Défense des Conducteurs.