30/12/2019

Avec la grève des transports en commun, 2019 a terminé en beauté pour les automobilistes ! Car c’est bel et bien leur voiture qui leur a permis de rejoindre leurs proches pour les fêtes… se révélant, une fois de plus, comme le moyen de déplacement le plus fiable. Mais c’est toute l’année qui vient de se refermer qui a été riche en actualité. À la Ligue de Défense des Conducteurs, nous revenons sur les tops et les flops qui ont animé notre quotidien.

 

Les Tops 2019

 

Assouplissement du 80 km/h

Depuis le 1er juillet 2018 et la mise en place de la limitation à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles sans séparateur central, les conducteurs n’attendent qu’une chose : son retrait. Alors que la période « d’expérimentation » de cette mesure prendra fin le 30 juin 2020, 2019 apparaît déjà comme une victoire d’étape pour les automobilistes. Inscrit noir sur blanc dans la Loi d’orientation des mobilités (promulguée le 24 décembre dernier), l’article 36 autorise déjà les Présidents de conseils départementaux (et les maires lorsqu’ils ont autorité) à relever la vitesse à 90 km/h sur certains tronçons de routes départementales. Certes, le chemin est encore long pour concrétiser cette amélioration législative. Pour rappeler le gouvernement à son engagement de reconsidérer cette baisse de la limitation de vitesse au terme de l’expérimentation, à la LDC, nous avons mis en place un compte à rebours qui nous sépare de cette date, sur notre site… et surtout, n’oubliez pas de signer notre pétition anti-80 ! C’est par ici : https://bit.ly/2SLcNcL

 

Grande première : la politique répressive du tout-radar critiquée à l’Assemblée et au Sénat

Les députés et sénateurs ont profité des débats autour du projet de loi de finances pour 2020 pour dire tout le mal qu’ils pensent de la politique du gouvernement en matière de répression routière. Voilà qui est totalement inédit. "Cash machines", "politique uniquement basée sur la répression de la vitesse", les parlementaires ne se sont pas privés de donner leur avis sur le choix du « tout-radar » privilégiée par Edouard Philippe et ses ministres. Galvanisés par la mobilisation des membres et sympathisants de la Ligue de Défense des Conducteurs, qui ont été plus de 200 000 à envoyer la pétition "Stop aux radars" à leurs députés et sénateurs, des amendements inspirés par l’association visant à supprimer les budgets pour les radars ont été portés par près de 70 parlementaires. Une vraie percée pour un vrai Top de l’année 2019 !

 

Victoire législative pour la Ligue : l’affichage de la vignette Crit’Air lors de l’achat d’un véhicule

Parmi les belles surprises de l’année 2019, figure une victoire de la Ligue de Défense des Conducteurs au service de l’information du consommateur. La Loi d’orientation des mobilités (LOM) prévoit l’extension et la multiplication des Zones à faibles émissions (ZFE) dans les villes où l’usage de la voiture est réglementé par la vignette Crit’Air. La Ligue de Défense des Conducteurs a donc imaginé des solutions pour améliorer l’information des consommateurs au moment de l’achat d’un véhicule. Ainsi, en supplément des informations détaillant le malus CO2, le numéro de vignette Crit’Air devra être clairement affiché lors de la vente d’un véhicule. Et cela grâce à un amendement à la LOM inspiré par la Ligue.

Désormais, l’acheteur d’un nouveau véhicule saura si le véhicule concerné est autorisé à entrer dans les villes qui utilisent les vignettes Crit’Air et pendant encore combien de temps. De quoi effectuer ou pas son acquisition en toute connaissance de cause et éviter toute déconvenue liée à l’interdiction de circulation éventuelle de sa future voiture.

 

Activ’Route fête ses 6 ans !

Eh oui, déjà ! 7 000 signalements plus tard, Activ’Route fête son sixième anniversaire et rend toujours autant service. Fort de son succès, l’outil de signalement des endroits dangereux de la Ligue de Défense des Conducteurs a permis de rectifier près de 500 points noirs du réseau routier. Ainsi, quotidiennement, ce sont les dizaines de signalements traités par l’association qui font d’Activ’Route le premier réseau de signalement des zones dangereuses de France pour les conducteurs. Aux centaines d’Activ’routeurs qui signalent régulièrement ces défauts d’aménagement et participent à la sécurité des autres usagers de la route, venez, vous aussi, ajouter votre pierre à l’édifice ! Nous attendons vos alertes et vos photos sur www.activroute.org ou via notre appli ActivRoute, téléchargeable gratuitement sur Android ou iOS.

 

Mobilisation des sympathisants

Avec la mobilisation des membres et sympathisants pour le retour du 90 km/h, contre l’interdiction de signaler les contrôles de vitesse, contre le flicage permanent ou contre la privatisation des voitures radars, la Ligue de Défense des Conducteurs a pu compter, au total, sur plus d’un million de signatures pour défendre les valeurs des conducteurs.

Résultat : en 2019, l’association a remporté des victoires législatives grâce à la mobilisation de ses membres et sympathisants qui ont sollicité sans relâche les députés, sénateurs et présidents de conseils départementaux. Ainsi, en envoyant des cartes-pétitions en masse aux élus, les conducteurs ont pu obtenir le dépôt de nombreux amendements, qui font valoir leur vision de la sécurité routière et de la liberté de circuler.

Pour leur mobilisation et leur soutien inconditionnel, la Ligue de Défense des Conducteurs remercie ses membres et sympathisants et s’engage à porter toujours plus efficacement leur voix en 2020 !

 

Les Flops 2019

 

Contamination de nouvelles régions par les voitures radars privées

Autre valeur sûre des flops, les voitures radars : cette fois, ce n’est plus le fait qu’elles soient confiées à des chauffeurs privés qui leur vaut une place dans cette catégorie. C’est plutôt l’annonce que leur présence, cantonnée à la seule Normandie en 2018, se propagera à sept nouvelles régions en 2020 (Bretagne, Pays de la Loire, Centre-Val-de-Loire, Nouvelle-Aquitaine, Grand-Est, Hauts-de-France et Bourgogne-Franche-Comté). Cette contagion s’étendra à toute la France en 2021. Leur technologie évoluant pour « optimiser » leurs missions, une nette hausse du stress de conduite et du nombre de PV est à craindre…

 

Dégradation criante du réseau routier

Indéniablement, le plus gros flop de 2019. Après différents audits et rapports faisant état d’une situation alarmante, le World Economic Forum a classé la France au 18e rang mondial pour la qualité de notre infrastructure routière. Quand on pense que notre pays était en tête de ce classement au début des années 2010 ! Entre 2018 et 2019, nous avons perdu 11 places…

Les conducteurs ne sont pas dupes. En effet, pour eux, sur le terrain les conclusions sont les mêmes : l’état des routes se dégrade et il est urgent d’y remédier, tant pour la sécurité de chacun que pour la santé économique du pays. Mais visiblement, à voir le budget de 190 millions d’euros prévu pour les radars en 2020, la priorité du gouvernement est ailleurs... Ce qui n’empêchera pas la LDC d’en faire l’un de ses sujets-phares de mobilisation dans les mois qui viennent.

 

Déploiement massif des radars tourelles

Les radars, immanquablement présents dans les flops des conducteurs chaque année, ne font pas exception pour 2019. En plus des nouveautés (radars « méduse » anti-bruit, drones, radars anti-pollution…), le déploiement des redoutables « tourelles » est sans pitié. Capables de mesurer le moindre petit dépassement de vitesse et de débusquer les infractions à l’intérieur des véhicules pendant 200 mètres et sur plusieurs voies de circulation, ces outils ont été déployés en masse sur les routes françaises (près de 400) et seront 1 200 en 2020. De quoi s’assurer une place d’office pour les flops de l’année prochaine.

 

Recommandations dissuasives du CNSR pour déroger au 80 km/h

La possibilité d’un retour de certaines routes à 90 km/h avait à peine été évoquée dans le projet de loi d’orientation des mobilités que le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) se hâtait de publier son petit guide de l’assouplissement du 80 km/h. Lequel ne contient rien de bon pour les conducteurs, ni pour les Présidents de conseils départementaux… Pour ces derniers, le casse-tête du retour à 90 km/h ne fait que commencer : les recommandations du CNSR sont si draconiennes que certains élus risquent de revoir à la baisse le nombre de kilomètres de routes éligibles au 90 km/h. Après le top de l’annonce, c’est un début de flop pour les conducteurs !

 

Multiplication des interdictions de circuler

Partant du postulat que la voiture est la seule responsable de la pollution urbaine, les élus ont choisi une politique de circulation punitive, avec la création de Zones à faibles émissions (ZFE). Si l’objectif de réduction de la pollution est louable, celui de priver l’accès à la ZFE selon l’ancienneté du véhicule l’est moins. Cette discrimination est effectivement basée sur le numéro Crit’Air du véhicule. À Paris, les véhicules Crit’Air 5 ne peuvent déjà plus y pénétrer depuis 2017 et en 2019, ce sont les véhicules classés 4 qui en ont été bannis. Ainsi, les conducteurs les plus démunis, ne pouvant s’offrir une voiture récente, commencent à être exclus des villes… Pour réduire la pollution, la Ligue de Défense des Conducteurs encourage l’innovation technique plutôt qu’une politique strictement punitive.

En 2020, la Ligue de Défense des Conducteurs continuera son travail pour la liberté de circuler et pour une sécurité routière plus juste et efficace. Nous vous invitons donc à rester mobilisés pour que l’année prochaine, les flops soient difficiles à trouver…