24/05/2013

Le chef de la police de Norfolk suscite le débat sur les limitations de vitesse et il a bien raison ! C'est aussi ce que demande la Ligue de Défense des Conducteurs afin de sortir du dogme anti-vitesse.

Extrait de l'article :

"Stephen Bett est commissaire de police et patron de la police de Norfolk. Interrogé par la BBC locale, il a surpris tout le monde en répondant à une question sur les limitations de vitesse très simplement :

« Le problème, c'est qu'il y a tellement de panneaux de signalisation que les conducteurs ne sont plus obnubilés que par eux. Si nous voulons faire quelque chose concernant la vitesse pour les villageois, nous ferions mieux d'abattre tous ces panneaux et dire clairement à tout le monde que la vitesse est limitée à 50 km/h dans toute la ville mais qu'au dehors, vous roulez comme le font les Allemands ou les Italiens, c’est-à-dire à la vitesse permise par les conditions de route. »

Il lui a été demandé ensuite à quelle vitesse devrait-on autoriser les conducteurs à rouler, voilà sa réponse :

« Cela dépend du conducteur. Si vous êtes un pilote de F1 ou un très bon pilote doté de très bons réflexes, et bien, vous pourriez rouler aussi vite que votre voiture le permet. »

Invité à confirmer ses dires, le commissaire a tenu à justifier sa position :

« Bien que la vitesse soit un facteur déterminant dans la survenance de bien des accidents, je crois que c'est plutôt la vitesse inappropriée qui est le facteur principal. C'est pour cela que je veux appeler les conducteurs à apprécier par eux-mêmes les conditions de route afin d'adapter leur conduite en conséquence. Nous avons besoin d'une approche faite de bon sens pour simplifier les réglementations et les limitations de vitesse qui s'adressent aux conducteurs et réduire le nombre de changements de limitations de vitesse. Je suis d'accord avec ceux qui pensent que nous devrions revoir la limite de vitesse à 110 km/h sur les voies rapides et les routes récentes, notamment avec les voitures modernes. Tout cela en gardant la sécurité en tête bien sûr.
C'est peut-être discutable mais mes commentaires sont là pour provoquer le débat. »"

Vous pouvez lire l'article complet en cliquant ici.