03/07/2020

Ils viennent d’être élus, tout va bien pour les maires. Et pour les conducteurs ? Ah, là, il aurait fallu lire les petites lignes des programmes des candidats aux municipales, en ce qui concerne les transports. Pour rouler en citoyen averti, voici un florilège des promesses de ceux qui sont arrivés en tête des suffrages le 28 juin 2020 dans les dix plus grandes villes de France.

Comme ces mandats constituent souvent l’étape importante d’une carrière politique nationale, les candidats entendent être élus sur des idées de la dernière mode. Résultat : certaines propositions peuvent se retrouver d’une ville à l’autre ou d’un parti à l’autre, avec plus ou moins d’idéologie selon la personnalité du candidat.

Les citadins sont présumés en bonne santé et avec beaucoup de temps libre car leurs déplacements devront souvent se faire à pied ou à vélo.

La cité idéale : un centre-ville piéton auquel on accède en vélo après avoir laissé sa voiture aux portes de la ville. L’offre premier prix : des vélos dans les voies de bus ; l’offre premium : à chaque moyen de transport sa voie, tout en élargissant les trottoirs. Une fois le programme réalisé, il reste peu de place pour la voiture, ce qui est l’objectif affiché de certains candidats, à coup de découragements (contraintes de circulation) et d’encouragements (primes).

Bien sûr, le 30 km/h est souvent promu, conjugué à des Zones à trafic limité ou des Zones à faibles émissions qui trient les véhicules ayant droit d’y rouler. En lisant ces programmes, ne pensez pas à une régression : la marche à pied y représente la pointe du progrès. Que ces mesures constituent, pour certains commerçants et artisans, un obstacle à leur activité, pour des personnes ayant des difficultés à se déplacer et pour des services de santé, une double peine, ou encore, pour de nombreux citoyens et habitants des communes concernées, la mort à petit feu des centres-villes, tant pis.

L'inventaire du programme anti-voiture des dix plus grandes villes de France, réalisé par la Ligue de Défense des Conducteurs, dont vous trouverez ci-dessous quelques citations instructives, se passe de commentaire.

 

1) Anne Hidalgo : à Paris, les radars supplémentaires n’auront quasiment plus de voitures à flasher

Vous croyez tout savoir du programme d’Anne Hidalgo : le 30 km/h quasi partout, le périphérique à 50 km/h, la fin des véhicules Diesel d’ici 2024 et même essence d’ici 2030… Or ce n’est pas tout ! Verbatim :

« Nous piétonniserons tout le centre de Paris. La circulation sera limitée aux personnes à mobilité réduite, aux riverains, aux taxis, aux véhicules d’urgence, aux artisans, aux commerçants et aux navettes électriques. »

« Augmentation du nombre de radars vitesse classiques. »

« De nouveaux radars acoustiques sur les axes les plus bruyants pour mieux cibler la verbalisation des véhicules qui dépassent les seuils et aux horaires les plus pertinents (notamment la nuit). »

« La police municipale parisienne […] veillera au respect des voies réservées aux vélos et aux bus et au respect des restrictions de circulation grâce au contrôle des vignettes crit’air. »

« Horizon 2030 : l’apaisement du périphérique nécessite d’apaiser aussi les axes autoroutiers franciliens qui entrent sur le périphérique. »

 

2) Michèle Rubirola : haro sur le stationnement des voitures dans Marseille à 30 km/h

Morceaux choisis du programme du Printemps marseillais :

« Dès 2021, réserver des voies aux bus sur toutes les rues, avenues, boulevards de Marseille où cela est possible […]. »

« Mettre en place une réglementation graduée pour aider les habitants à prendre conscience de la nécessité d’une circulation automobile raisonnable et liée à des nécessités communes (ambulances, pompiers, service d’urgence, artisans, livraisons…). »

« Transformer des places de stationnement automobile en places de stationnement pour les deux-roues motorisés, et en places dédiées aux vélos, notamment à l’approche des carrefours comme l’impose désormais la réglementation. »

« Verbaliser puis également enlever systématiquement les voitures et les deux-roues en stationnement dangereux, très gênant, puis gênant. »

« Augmenter […] les effectifs des forces de l’ordre et des fourrières municipales ainsi que le nombre de camions d’enlèvement »

« Intensification du contrôle et de la verbalisation du stationnement payant (redevance), et […] extension raisonnée des zones de stationnement payant […]. »

« Application généralisée de la loi sur les double-sens cyclables et les balises de priorité aux feux tricolores, sur le remplacement du stationnement automobile par des appuis vélos en amont des carrefours. »

« Autorisation pour les vélos de circuler dans les couloirs bus, d’emporter son vélo dans les transports publics en début et en fin de journée. »

« Mise en place de garages à vélo extérieurs sécurisés et accessibles sur les emplacements de places de parking de voitures. »

« Il est proposé de limiter à 30 km/h la vitesse dans toutes les rues de la ville de Marseille, à l’exception de quelques artères à 50 km/h. »

 

3) Grégory Doucet : Lyon largement piéton

Le programme du maire écologiste de Lyon indique notamment :

« Nous piétoniserons les cœurs de villes et d’arrondissements (la Presqu’île, Villeurbanne, Oullins, Bron, toutes les villes volontaires). »

 

4) Jean-Luc Moudenc : Toulouse encore plus à 30 km/h

Le programme du maire de la ville rose prévoit notamment de :

« Faire de la limitation à 30 km/h la norme, seuls les axes importants resteront à 50 km/h. »

 

5) Christian Estrosi : Nice à vélo

Le programme du maire de Nice (champion de moto) comporte, parmi ses objectifs « 10 % de déplacements à vélo d’ici 2024 ».

 

6) Johanna Roland : Nantes à 30 km/h maximum

Le programme du maire de Nantes recommande :

« Pour réduire la place de la voiture, mettre en œuvre un plan de nouvelle piétonisation de rues et de places […], requalifier les boulevards du 19ème […] en intégrant une place renforcée pour le vélo (un axe du réseau express vélo) et les piétons, et étendre la Zone à Trafic Limité dans le centre-ville. »

« Passer de 250 à 500 km de rues en zone piétonne, zone 30 ou zone mixte pour une ville apaisée. »

« Limiter la présence de la voiture en centre-ville […], passer la Ville de Nantes en zone 30, en dehors de certains axes accueillant des transports en commun, […] créer des voies dédiées aux transports collectifs et au covoiturage sur les pénétrantes […]. »

 

7) Michaël Delafosse : Montpellier mise sur les vélos et les bus

Le programme de Michaël Delafosse envisage les mesures suivantes :

« Construction d’un réseau express vélo (REVé). »

« Généralisation du 30 km/h en ville (hors grands axes). »

« Nouveau réseau de bus express sur voies réservées. »

 

8) Jeanne Barseghian : Strasbourg démo…torisée

Le programme de Jeanne Barseghian (EELV) est explicite :

 « L’A35 est maintenue mais reconfigurée : vitesse abaissée à 70 km/h voire 50 km/h, avec aménagement de voies réservées au covoiturage et aux transports publics […]. »

« Les déplacements à pied et à vélo sont prioritaires dans tous les aménagements réalisés sur l’espace public. La ville doit être pensée à l’échelle du pas de ses habitant·e·s, […]. Elle doit donner une place aux vélos […] qui contribuent à démotoriser la mobilité sur tout le territoire. »

« Mise en œuvre d’un réseau express vélo, avec l’aménagement de 100 km de pistes […]. »

« « Une voie cyclable de contournement du centre piétonnier connectée au réseau express vélo. »

« Une Prime de démotorisation à destination de celles et ceux qui abandonnent leur voiture personnelle (offres spéciales sur les services de mobilité ou conversion de la motorisation du véhicule). »

 

9) Pierre Hurmic : Bordeaux ralentit

Le programme du maire de Bordeaux, propose notamment de :

« Décourager le trafic de transit dans les quartiers "apaisés" par une diminution de l’espace de voirie, au profit des piétons et cyclistes, et par les sens de circulation qui empêcheront de les traverser directement, »

« Généraliser la limitation des vitesses de circulation à 30km/h à l’intérieur et à l’extérieur des boulevards hors rues apaisées à 20 km/h et axes structurants à 50 km/h, »

« Réduire la vitesse à 70 km/h sur la rocade, […] »

« Étendre progressivement le périmètre de la zone sans voitures de l’hypercentre de Bordeaux (accès limité aux riverains et aux véhicules de livraisons). »

 

10) Martine Aubry : Lille veut voir moins de voitures

Le programme du maire de Lille est sans équivoque :

« Création de zones de rencontres supplémentaires et des "rues partagées" avec priorité aux piétons. »

« Aménagement avec la MEL du Réseau Express Vélo (REV) : grandes voies traversantes, nouvelles pistes cyclables […], nouvelles "vélorues" où les vélos sont prioritaires sur les voitures […]. »

« Toute notre politique de déplacement et de circulation vise à diminuer la place de la voiture […]. »

« L’accès de Lille sera interdit aux véhicules les plus polluants grâce à la Zone à Faibles Émissions délimitée dès la rentrée 2020 avec la MEL. »

« Des journées sans voiture seront organisées régulièrement […]. »