21/01/2014

La Ligue de Défense des Conducteurs se réjouit des bons résultats publiés par la Sécurité Routière. Cependant, ces chiffres encourageants ne doivent pas nous donner l'illusion que le recours à une politique de répression massive peut être justifié. En effet, de nombreux autres facteurs influent sur la baisse du nombre des tués sur les routes … à commencer par la diminution du nombre de kilomètres parcourus !

Le nombre de personnes tuées sur les routes a baissé en 2013, pour atteindre 3 250. Certes, on ne peut que s'en réjouir. Mais il ne faut pas se méprendre : ces bons résultats, bien loin d'être imputables à la politique de répression routière du gouvernement, sont avant tout dus à la contraction de l'activité économique et à la baisse du pouvoir d'achat des Français, qui a mécaniquement entraîné une diminution du nombre de kilomètres parcourus en 2013.

Selon un sondage TNS Sofres daté de mai dernier, intitulé « Les Français et l'automobile », plus de2/3 des automobilistes interrogés déclarent ainsi « avoir modifié leurs habitudes afin de réduire les dépenses liées aux déplacements en voiture ». 58% d'entre eux ont limité le nombre de leurs déplacements alors que 40% ont limité le nombre de kilomètres parcourus. 85% des déplacements des salariés s'effectuant en voiture, la hausse du taux de chômage fait -malheureusement- partie des facteurs à ne pas oublier…

Au-delà de ce constat, il ne faut pas oublier que la baisse de la mortalité routière s'explique par de multiples facteurs. Une étude Insee parue en décembre dernier remettait d'ailleurs en cause l'efficacité des radars, estimant qu'ils avaient contribué à sauver 740 vies en neuf ans … bien moins que les 11 000 affichées par les pouvoirs publics !

De plus, la sécurité dans les véhicules n'a cessé d'être améliorée depuis 40 ans et les constructeurs redoublent d'efforts afin d'offrir aux usagers de la route toujours plus de sécurité. Christiane Bayard, Secrétaire Générale de la Ligue de Défense des Conducteurs,  souligne « il y a plus de dix ans se mettaient en place l'ABS obligatoire dans les voitures ainsi que la généralisation de l'airbag ».

Enfin, il est toujours bon de mettre en perspective ces résultats avec ceux de nos voisins européens et notamment avec l'Allemagne qui poursuit une politique de sécurité routière fondamentalement opposée à celle pratiquée par la France. Christiane Bayard rappelle que « malgré une vitesse limitée à 100 km/h sur les routes nationales et illimitée sur de nombreuses portions d'autoroutes, les résultats de l'Allemagne en matière de sécurité routière n'ont rien à envier aux nôtres ».

En 2013, le nombre des tués sur les routes allemandes devrait ainsi être inférieur à 3 300...soit le même chiffre qu'en France, pour 20% d'habitants en plus ! Pour les Allemands, d'autres facteurs sont à l'origine de ces bons résultats comme une politique ciblée en matière d'infrastructures de transport, notamment sur les routes rurales, accompagnée d'un investissement important ou encore des panneaux qui conseillent la vitesse en fonction des conditions de circulation et de la météo.

La Ligue de Défense des Conducteurs invite les pouvoirs publics à étudier avec attention ce qui se passe chez nos voisins plutôt que de choisir la facilité en se focalisant sur la vitesse. En tout cas, une chose est sûre : la politique du tout répressif aura permis à l'État français d'engranger plus d'1,7 milliards d'euros en 2013.

Information / Contact:
    

Ligue de Défense des Conducteurs
    

Service Presse : MAKOWSKI RP
     

Christiane Bayard – Secrétaire Générale

Tel. 01.40.01.06.51 / 06.11.29.47.69

www.liguedesconducteurs.org
    

Claude Makowski

Tel. 06.89.505.032

e-mail : makowski.claude@orange.fr