25/07/2019

L’Union européenne veut installer des boîtes noires et des avertisseurs-limiteurs de vitesse dans tous les véhicules neufs : des dispositifs liberticides et déresponsabilisants. Plus de 250 000 personnes ont signé la pétition de la Ligue de Défense des Conducteurs pour s’opposer à ce projet et dire « Non au flicage permanent des conducteurs ».

Les boîtes noires enregistreront les données de conduite. Une fois qu’elles seront installées dans chaque voiture, le risque sera grand que ces données soient contrôlées, en temps réel ou a posteriori, pour surveiller les conducteurs en permanence.

Les avertisseurs-limiteurs de vitesse rappelleront à l’ordre les conducteurs par une vibration de la pédale d’accélérateur ou bien une autre « réaction efficace » telle qu’une alarme continue dès que la limitation de vitesse sera dépassée.

La Ligue de Défense des Conducteurs alerte sur ce type de dispositif qui ne manquera pas de gêner et distraire les conducteurs, au risque de provoquer des réactions incongrues comme des freinages brusques, rendant la circulation plus chaotique.

La Ligue de Défense des Conducteurs rappelle que ces systèmes ne sont pas fiables (mises à jour des limitations de vitesse par GPS et reconnaissance des panneaux approximatives), notamment à cause de la vétusté de la signalétique en France, et ont « un coût considérable » selon le Comité des constructeurs français d’automobiles.

Il sera possible de désactiver l’avertisseur-limiteur de vitesse... mais tout sera fait pour en dissuader le conducteur, puisque le dispositif se remettra obligatoirement en marche à chaque redémarrage de la voiture ! L’installation obligatoire des avertisseurs-limiteurs de vitesse ouvrira la voie à celle de véritables brideurs de vitesse.

Car il faut rappeler qu’à l’origine, le Conseil des ministres de l’Union européenne voulait interdire toute désactivation du dispositif, même temporaire, et que Nicolas Sarkozy, alors Président de la République, avait voulu imposer ce système avant d’y renoncer, bien conscient que les conducteurs ne seraient pas prêts à l’accepter.

Aujourd’hui, ils n’en veulent toujours pas, et rien qu’en France, désormais, ce sont plus de 250 000 personnes qui ont choisi de rejeter fermement le projet de l’Union européenne en signant la pétition lancée par la Ligue de Défense des Conducteurs « Non au flicage permanent des conducteurs ».

En avril dernier, le Parlement européen a déjà donné son accord au règlement présenté par la Commission européenne. Mais le Conseil des ministres de l’Union européenne ne s’est pas encore prononcé. Avec une mobilisation d’une telle ampleur, il est nécessaire qu’il entende les citoyens et s’oppose au flicage permanent des conducteurs.

 

Contact :

Ligue de Défense des Conducteurs

01.43.95.40.20

contact@liguedesconducteurs.org

http://www.liguedesconducteurs.org

http://www.activroute.org/