18/11/2020

Paris, le 18 novembre 2020 - Gérald Darmanin veut autoriser les maires à installer des radars anti-vitesse dans leur commune, sans demander l'autorisation au préfet. La Ligue de Défense des Conducteurs a aussitôt initié une pétition pour tuer ce projet dans l'œuf… Mais alors que 45 000 Français se sont déjà mobilisés aux côtés de notre association, une quinzaine de députés ont déposé un amendement à la proposition de loi « Sécurité globale », confirmant l'intention du ministre de l'Intérieur. Notre réponse ? Pas question de les laisser faire !

« Qu’est-ce que je vais bien pouvoir imaginer aujourd’hui pour empoisonner la vie des automobilistes ? »

Cette question, il semblerait que chaque membre du gouvernement se la pose le matin en se réveillant. Et si on ajoutait une taxe sur le poids des véhicules au malus CO2, dont on va bien sûr rehausser le barème ? Si on proposait d’abaisser les vitesses partout ? Si on achetait encore plus de radars ?

Sous couvert de protection de l’environnement et de sécurité routière, ces initiatives aux juteuses retombées fiscales connaissent aujourd’hui un nouveau développement. Alors que Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, mentionnait avec désinvolture, dans une interview publiée par le quotidien régional Ouest France, début novembre, la possibilité qui pourrait être donnée aux maires « d’installer des radars fixes sans l’autorisation des préfets », une quinzaine de députés lui ont emboîté le pas avec un amendement à la proposition de loi « Sécurité globale »*.

Au-delà des retombées sur les conducteurs que l’on peut craindre – déferlante de flashs, perte de points, source de stress dans un environnement qui nécessite une attention de tout instant au volant –, notre association s’inquiète de la tentation pour les municipalités de booster leurs recettes grâce à un pourcentage qui pourrait être prélevé sur les PV.

Flou et amateurisme

La méthodologie qui serait adoptée pour mettre en œuvre ce contrôle est elle-même sujette à questionnement. Une méthodologie basée sur le flou et l’incertitude, comme le relève Stéphanie Fontaine dans son article paru sur le site Caradisiac**. En effet, l’exposé de l’amendement stipule uniquement que « ce contrôle va servir non pas à mesurer mais à « réguler la vitesse, les nuisances sonores ou la pollution atmosphérique », ce qui reste assez vague en l'état », s’étonne la journaliste. La Ligue de Défense des Conducteurs y voit, elle, les symptômes d’un amateurisme navrant : la sécurité routière est un sujet sérieux, qui s’aborde en ayant cerné en amont toutes les implications engendrées par les mesures que l’on souhaite mettre en place.

À cette initiative contestable, l’un des multiples exemples de dérive sécuritaire à laquelle le gouvernement s’adonne dans le cadre de cette proposition de loi « Sécurité globale », la Ligue de Défense des Conducteurs a aussitôt opposé une pétition contre la prolifération des radars en ville qui, en six jours, a récolté plus de 45 000 signatures***. Par cette action, notre association dénonce l’empressement de l’État – désormais rejoint par des députés – à imaginer d’inédites sources de revenus par le biais des automobilistes, une nouvelle fois assimilés à des citoyens irresponsables, dont la capacité à respecter le code de la route se mesure en recourant uniquement à la répression routière.

* Amendement n° 1217 : « Art. L. 2213‑6‑2. – À titre expérimental, selon des modalités fixées par décret, le maire peut, par arrêté motivé, décider de l’implantation de dispositifs fixes ou mobiles de contrôle automatisé des données signalétiques des véhicules afin de réguler la vitesse, les nuisances sonores ou la pollution atmosphérique sur le territoire de la commune. »

** « PPL "Sécurité globale" - Des radars bientôt installés par des maires ? Cela reste à confirmer ! », par Stéphanie Fontaine, article publié le 17 novembre 2020.https://www.caradisiac.com/ppl-securite-globale-des-radars-bientot-installes-par-des-maires-cela-reste-a-confirmer-186489.htm

 

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter :

Contact presse

Ligue de Défense des Conducteurs, Alexandra Legendre : 06 37 85 26 06