12/02/2014

 

Manuel Valls aurait-il menti aux conducteurs ? Alors que le Ministre avait annoncé, le 21 janvier dernier, une expérimentation dans quelques départements d'une baisse des limitations de vitesse à 80 km/h sur les routes, les conducteurs découvrent que ce fameux « test » concernerait la moitié des départements, voire même la totalité de la France. Pire encore, elle pourrait se traduire par une intensification des contrôles de vitesse déjà massifs en France.

A en croire les membres du comité des « experts » qui doivent remettre leurs propositions aujourd'hui, la réduction de 10 km/h sur le réseau routier secondaire concernerait la moitié voire la totalité de la France ! Bien loin d'un simple « test », cette mesure pourrait s'appliquer dès cet été si elle est validée par le Ministre de l'Intérieur.

La Ligue de défense des conducteurs (LDC) a réussi à se procurer le rapport contenant les propositions de ces « experts » et dénonce l'extrême gravité de ces propositions qui reposent sur un rapport qui brille par l'absence de contenu scientifique probant et qui néglige totalement les répercutions économiques d'une telle mesure. En effet, selon plusieurs chercheurs et économistes, cette mesure pourrait coûter à la France près de 40 milliards d'euros.

Une fois de plus, les « experts » chargés de trouver des solutions à la baisse de la mortalité sur les routes se sont uniquement référés aux travaux de Nilsson (« 1% de vitesse en moins, c'est 4% de morts en moins ») qui lient directement vitesse et mortalité. « Malgré l'absence totale de logique mathématique, cette formule continue de s'imposer à la sécurité routière comme une mauvaise musique que l'on jouerait en boucle jusqu'à ce qu'on finisse par la fredonner » dénonce Christiane Bayard, Secrétaire Générale de la LDC.

Pire, la lecture de ce rapport ne laisse pas de place à l'interprétation sur la finalité répressive de cette mesure qui passerait par « un redéploiement et une intensification des contrôles de vitesse » qui « devraient donc s'effectuer sur ces infrastructures. »

Ce n'est donc pas un « test » sur la baisse des limitations des vitesses mais bel et bien une mesure généralisée que prépare à mettre en œuvre le Gouvernement et cela malgré l'opposition massive des Français !

« Comment accepter qu'un sujet qui concerne des millions de français soit laissé entre les seules mains d'un petit comité ne brillant ni par sa valeur scientifique, ni par ses aptitudes économiques ni par sa neutralité ?» s'interroge Christiane Bayard.

Depuis plusieurs mois, la Ligue de Défense des Conducteurs s'est engagée dans le combat. Forte d'une pétition qui a déjà rassemblé plus d'un million de signatures, elle invite tous les conducteurs à rejoindre cette mobilisation historique.

 

Information / Contact:
   

Ligue de Défense des Conducteurs
   

Service Presse : MAKOWSKI RP
    

Christiane Bayard – Secrétaire Générale

Tel. 01.40.01.06.51 / 06.11.29.47.69

www.liguedesconducteurs.org
   

Claude Makowski

Tel. 06.89.505.032

e-mail : makowski.claude@orange.fr

 

 

Manuel Valls aurait-il menti aux conducteurs ? Alors que le Ministre avait annoncé, le 21 janvier dernier, une expérimentation dans quelques départements d’une baisse des limitations de vitesse à 80 km/h sur les routes, les conducteurs découvrent que ce fameux « test » concernerait la moitié des départements, voire même la totalité de la France. Pire encore, elle pourrait se traduire par une intensification des contrôles de vitesse déjà massifs en France.

A en croire les membres du comité des « experts » qui doivent remettre leurs propositions aujourd’hui, la réduction de 10 km/h sur le réseau routier secondaire concernerait la moitié voire la totalité de la France ! Bien loin d’un simple « test », cette mesure pourrait s’appliquer dès cet été si elle est validée par le Ministre de l’Intérieur.

La Ligue de défense des conducteurs (LDC) a réussi à se procurer le rapport contenant les propositions de ces « experts » et dénonce l’extrême gravité de ces propositions qui reposent sur un rapport qui brille par l’absence de contenu scientifique probant et qui néglige totalement les répercutions économiques d’une telle mesure. En effet, selon plusieurs chercheurs et économistes, cette mesure pourrait coûter à la France près de 40 milliards d’euros.

Une fois de plus, les « experts » chargés de trouver des solutions à la baisse de la mortalité sur les routes se sont uniquement référés aux travaux de Nilsson (« 1% de vitesse en moins, c’est 4% de morts en moins ») qui lient directement vitesse et mortalité. « Malgré l’absence totale de logique mathématique, cette formule continue de s’imposer à la sécurité routière comme une mauvaise musique que l’on jouerait en boucle jusqu’à ce qu’on finisse par la fredonner » dénonce Christiane Bayard, Secrétaire Générale de la LDC.

Pire, la lecture de ce rapport ne laisse pas de place à l’interprétation sur la finalité répressive de cette mesure qui passerait par « un redéploiement et une intensification des contrôles de vitesse » qui « devraient donc s’effectuer sur ces infrastructures. »

Ce n’est donc pas un « test » sur la baisse des limitations des vitesses mais bel et bien une mesure généralisée que prépare à mettre en œuvre le Gouvernement et cela malgré l’opposition massive des Français !

« Comment accepter qu’un sujet qui concerne des millions de français soit laissé entre les seules mains d’un petit comité ne brillant ni par sa valeur scientifique, ni par ses aptitudes économiques ni par sa neutralité ?» s’interroge Christiane Bayard.

Depuis plusieurs mois, la Ligue de Défense des Conducteurs s’est engagée dans le combat. Forte d'une pétition qui a déjà rassemblé plus d’un million de signatures, elle invite tous les conducteurs à rejoindre cette mobilisation historique.

 

 

Information / Contact:

Ligue de Défense des Conducteurs

Service Presse : MAKOWSKI RP

 

Christiane Bayard – Secrétaire Générale

Tel. 01.40.01.06.51 / 06.11.29.47.69

www.liguedesconducteurs.org

Claude Makowski

Tel. 06.89.505.032

e-mail : makowski.claude@orange.fr