05/05/2020

Le gouvernement pourrait bien profiter de la période troublée que nous traversons pour faire interdire les signalements de contrôle de vitesse sur les applications telles que Waze et Coyote, une mesure dont les autorités rêvent depuis 10 ans. Face à la menace, les conducteurs se mobilisent !

interdiction signaler controles vitesse

Depuis le début du confinement, l'application GPS communautaire Waze a bloqué la fonction qui permet de signaler la position des forces de l'ordre sur la route.

Un signal qui laisse augurer le pire et qui a aussitôt mis notre équipe en alerte, quand on sait que ça fait près de 10 ans que les gouvernements successifs cherchent à interdire les signalements des contrôles de vitesse de toutes les manières possibles.

Petit retour en arrière :

2011 : le Conseil Interministériel de la Sécurité Routière ouvre les hostilités, avec une première tentative d'interdiction pure et simple des outils de signalement comme Tom Tom et Coyote. Les conducteurs se mobilisent : le projet est abandonné, et les applications sont simplement obligées d'avertir des "zones de danger" et non plus de l'emplacement des contrôles radars.

2017 : nouvelle tentative d'interdiction des signalements de contrôle de vitesse, cette fois-ci sous forme d'un décret présenté à la Commission européenne, en utilisant le prétexte du terrorisme. Nouvelle mobilisation, nouvel échec du gouvernement.

2018 : cette fois-ci, c'est sous forme d'un amendement ajouté discrètement à la loi Mobilités que le gouvernement revient à la charge, en prétextant la lutte contre "les enlèvements, les conduites en état d'ivresse, sous l'emprise de stupéfiants"...

2019 : nouvelle attaque, avec le retour de l'amendement dans la nouvelle mouture de la loi mobilités (loi LOM).

A chaque fois, c'est la mobilisation des conducteurs qui a permis de faire barrage !

 

Plus de 263 000 signatures contre l'interdiction de signaler les contrôles de vitesse

Il ne faudrait pas qu’en 2020, sous prétexte de la crise sanitaire que nous traversons, le gouvernement profite de l’occasion pour interdire définitivement, une fois la situation revenue à la normale, les signalements de contrôles de vitesse !

Ni une, ni deux, la Ligue de Défense des Conducteurs est ainsi immédiatement montée au créneau, avec sa pétition « Non à l’interdiction de signaler les contrôles de vitesse ». Grâce à l’extraordinaire mobilisation des conducteurs, cette pétition compte désormais plus de 263 000 signatures !


De quoi montrer au gouvernement, avant même qu'il ne se saisisse de l'occasion offerte par la crise sanitaire que nous traversons, que nous ne le laisserons pas, une nouvelle fois, utiliser un prétexte fallacieux pour tenter d’imposer sa mesure liberticide, faisant ainsi exploser les PV et les retraits de points.

En effet, aujourd’hui, alors que les applications de signalements sont utilisées par plus de 12,5 millions de conducteurs, rien que pour Waze et Coyote, il y a déjà plus de 26 millions de PV par an !

De plus, les forces de l’ordre ont pour mission de s’installer à des emplacements considérés dangereux. En signalant leur présence aux conducteurs, ces applications participent donc de manière très efficace à la sécurité de tous.

Ces applications sont, plus largement, des outils très efficaces de sécurité routière, en prévenant les conducteurs des brusques ralentissements, des incidents qui surviennent sur la route...Or, empêcher ces signalements revient tout simplement à signer la mort de ces outils si utiles !

Alors, si vous ne l’avez pas déjà fait, signez à votre tour la pétition de la Ligue de Défense des Conducteurs, et partagez l’information autour de vous, pour empêcher le gouvernement de rogner sur notre liberté sous un prétexte fallacieux !

Voici le lien pour accéder à la pétition :

https://mobilisezvous.liguedesconducteurs.org/signalements-controles-vitesse/

Merci pour votre mobilisation !