02/09/2019

Je fais partie des 218000 personnes qui se sont vue retirer leur permis à cause des radars. En décembre 2018 il me restait 6 points sur mon permis de conduire. En janvier en rentrant de congés passés dans le Var à mon domicile à Menton, je découvre une pile de courriers du ministère de l'intérieur au final il me restait 2 points j'ai reçu ces courriers mi janvier. Je me suis aussitôt inscrit à un stage de récupération de points. A l'issue de ce stage je reçois un courrier de la sous préfecture de Grasse m'informant que mes 4 points ne me seraient pas attribués car mon permis est invalidé. Après être allé voir un avocat j'ai demandé à la préfecture des Alpes Maritimes un relevé d'information. Entre le jour de réception de mon courrier et celui où j'ai passé mon stage 4 points supplémentaires m'ont été retirés pour un feu rouge non respecté à Nice. Je tiens à préciser qu'à chaque fois que j'ai reçu mes avis de contravention une délai moyen de 3 à 4 mois s'était écoulé entre le jour de la constatation de l'infraction et la réception du courrier. J'ai donc été obligé de restituer mon permis de conduire à la préfecture en mars dernier. Plus permis plus de travail. J'ai donc été obligé de me mettre en arrêt maladie et me suis fait hospitaliser dans un établissement de soins psychiatriques pendant 4 mois pour dépression nerveuse. Heureusement j'ai trouvé un arrangement avec mon employeur pour reprendre mon activité lorsque mon permis me sera restitué. Les démarches pour récupérer mon permis ont été un véritable parcours du combattant et a été très coûteux. Tout d'abord j ai du passer des tests psychotechniques pour 90e suivi d'une visite chez un médecin agréé.Le tout non remboursé par la sécurité sociale. Des frais de photos d'identité (Les E photos délivrées en photomaton ont un code qui n'est valable qu'une fois). Mes démarches pour repasser mon code ont été compliquées par le fait que j'ai été obligé de repasser une visite médicale en préfecture pour 50e m'obligeant à faire un aller retour de mon lieu d'hospitalisation à Toulon à Nice. J'ai pu enfin repasser l'épreuve du code le 12 juillet dernier examen qui m'a couté 30e. Enfin l'ANTS m'a informé que je ne puvais effectuer mes démarches de demande de permis que 10j avant la levée de mon nterdiction de conduire. Mon arrêt de travail se terminant le 15 septembre prochain je suis suspendu à la réponse de la commmission de l'ANTS (Elle m'a répondu une première fois que je devais effectuer mes démarches à comter du 13 septembre) ce qui engendre un stress supplémentaire. Voilà le racket d'Etat qui met des gens dans des situation inextriquables. A ce jour je ne sais pas quand je récupérerai mon permis ni quand je pourrai reprendre mon activité professionnelle eet donc une vie normale.